03 55 40 53 33 06 11 94 76 30

Punaise de lit et prévention nationale : les mesures du plan interministériel

Punaise de lit et prévention nationale : les mesures du plan interministériel

Un plan d’action  mobilisant l’ensemble des ministères pour lutter contre les punaises de lit

 

Face à un sujet devenu un véritable problème sanitaire publique, le gouvernement a lancé un plan interministériel. Celui-ci consiste à  rassembler plusieurs ministères dans le but de lutter efficacement contre le fléau des punaises de lit. C’est la députée, Mme Cathy Racon-Bouzon qui est aujourd'hui à la tête du projet qui s’articule autour de 5 points principaux : 

  • Le lancement d’une campagne d’information destinée à prévenir et repérer au plus tôt l’infestation ; 
  • L’accompagnement des filières de détection et de traitement ;
  • L’observation et la surveillance du phénomène pour mieux adapter les politiques publiques ; 
  • La clarification des responsabilités entre bailleurs et locataires ; 
  • La consolidation de l’expertise scientifique sur le sujet. 

 

Un comité directeur est mis en place, chargé de mettre en œuvre ce plan interministériel qui est déployé pour la période 2022-2024. Il est composé de représentants des principaux ministères et se réunit 2 fois par an pour assurer l’avancée du processus d’action.  Pour piloter le projet, un coordinateur interministériel, M. François Lefort a été nommé. Membre du CGEDD (Conseil général de l'Environnement et du Développement durable), il  est chargé de coordonner au niveau national, comme sur le terrain, les différents ministères qui sont à ce jour mobilisés. 

La prévention par le biais de la communication et la sensibilisation est donc l’une des premières actions que le gouvernement français a mises en place début 2022. Nous revenons en détail sur ces premières mesures

 

 

plan préventif punaise de lit

 

Lancement d’une campagne d’information et prévention nationale

 

Les premiers moyens mis en œuvre englobent un large plan préventif. Le gouvernement souhaite prévenir les risques d’infestation en sensibilisant les individus, tant du côté des professionnels que des particuliers

 

Lancer une campagne d’information au grand public

 

Une campagne de communication de la part du gouvernement est lancée sur les réseaux sociaux à destination du grand public. Celle-ci a pour but de sensibiliser à grande échelle le public. Du côté des réseaux professionnels et associatifs, l’État met à disposition des outils d’informations, englobant des renseignements sur les risques d’infestations et les gestes préventifs à adopter. Dans le cadre du PNSE4 (regroupant les ministres de la Transition écologique, et des Solidarités et de la Santé), des actions de communication préventive sont également prévues pour début 2023. 

Une sensibilisation aux enfants du côté du ministère de l’Éducation nationale

Le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports ont instauré des messages préventifs ciblés directement sur les enfants. Des affiches et flyers ont été transmis en ligne sur le portail professionnel Eduscol durant le 2e trimestre 2022. Pour le secondaire et dans les zones infestées, les parents d’élèves feront l’objet de campagnes d’information ciblées, par le biais de l’application Pronote. Des instructions de la part du gouvernement ont été également adressées aux directeurs d’école en mentionnant notamment les modalités d’accueil réservé aux enfants dont le logement a été infesté. Celles-ci ont pour but d’éviter la contamination des autres élèves et enseignants et ainsi limiter la propagation des punaises de lit au sein d’autres foyers. Les collectivités sont également incitées de leur côté à mettre en place des actions de sensibilisations à destination de leurs personnels comme les ATSEM. 

 

Le ministère des Solidarités et de la Santé sensibilise les professionnels de santé 

 

Mobiliser les professionnels en première ligne afin de détecter les infestations potentielles est également l’une des priorités du gouvernement. Ceci permet notamment aux médecins d’observer et délivrer un diagnostic rapide à leurs patients. Pour se faire, le ministère des Solidarités et de la Santé a diffusé depuis avril 2022 des documents informatifs aux professionnels. Dès 2023, ces renseignements seront mis à jour en fonction des avancées des connaissances scientifiques et techniques, qui auront été apportées par le gouvernement. Des formations et des webinaires sont également prévus la même année afin de renforcer les connaissances du corps médical sur le sujet (détection, moyens préventifs, curatifs…).

 

Sensibiliser les professionnels dans le secteur social

 

Certains ménages qui peuvent apparaître vulnérables socialement et financièrement peuvent ne pas être suffisamment renseignés sur la réalité d’une infestation, ou bien même ne pas avoir les moyens de solliciter une aide professionnelle extérieure. Le gouvernement prévoit de sensibiliser et informer les professionnels susceptibles d’intervenir à domicile tels que les infirmiers ou assistants sociaux. Des séances de sensibilisations et des formations seront donc proposées à ces intervenants dans le but d’alerter les communes en cas d’infestation et protéger au maximum les foyers. Ces actions seront reliées au niveau départemental, entre les collectivités du bloc communal et le Centre national de la

fonction publique territoriale.

 

Mobiliser les premiers secteurs d’activités concernés

 

Les secteurs d’activités accueillant du public sont souvent les premiers touchés par les infestations. En première ligne de mire, le secteur touristique hôtelier, mais également les universités, les résidences étudiantes, les salles de spectacles ou encore de cinéma. Pour accompagner ces professionnels, les ministères concernés élaborent, en lien avec les représentants de ces secteurs d’activité, des outils de sensibilisation et d’information. Également particulièrement touchés, les réseaux de seconde main (antiquaire, marché d’occasion, plateformes internet dédiées…). Ils seront également ciblés pour renforcer les informations à but préventif et transmettre à leurs consommateurs les bons gestes à adopter.

 

Une page internet dédiée sur le site du ministère de la Transition Écologique

 

 

Le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires a ouvert une page d’information dédiée où il est possible de retrouver des informations sur les punaises de lit. On y retrouve en plus des renseignements préventifs, des solutions de lutte curatives contre les nuisibles. Par le biais d’un traitement mécanique, thermique ou par le froid, des étapes ainsi que des conseils sont prescrits. On y retrouve aussi le lien de la CS3D qui regroupe une liste de professionnels qualifiés dans la détection et l’extermination des punaises. Enfin, un numéro vert gratuit est mis à disposition afin de contacter directement un centre d’information en cas de besoin ou de renseignement supplémentaire : 0 806 706 806.

Vous suspectez
la présence de punaises de lit ?

Agissez sans plus attendre Contactez-nous

Titulaire du certificat de capacité n° 02 030 DM délivré par la Direction Départementale de la Protection des Populations de l’Aisne

Dépistage Punaise Solutions met son expertise au service de vous particuliers et professionnels des Hauts-de-France et de Belgique.

Basé dans l’Aisne, Dépistage Punaise Solutions vous propose ses interventions dans le secteur couvrant la région des Hauts-de-France (Lille, Valenciennes, Arras, Lens, Beauvais, Compiègne, Amiens, Saint-Quentin, …), le Grand Est (Reims, Charleville-Mézières, Châlons-en-Champagne, Troyes, …) mais également le sud de la Belgique dans le principales villes des provinces de Namur, du Hainaut (Charleroi, Namur, Mons, Tournai) et de Bruxelles.

Une intervention de détection de punaises de lits dans les Hauts-de-France ?

Un renseignement, une question, un devis, une intervention urgente ? Contactez Dépistage Punaise Solutions, spécialiste de la détection et le dépistage de punaise de lit dans les Hauts-de-France et en Belgique en composant le 03 55 40 53 33 ou en laissant un message sur le formulaire contact.